bandeau



Une chorale à 4 voix mixtes c'est comme un quatre-quarts.

Chaque ingrédient est nécessaire au bon équilibre et à la réussite du gâteau.

Tout d'abord, il y a les femmes, beaucoup de femmes !!!

Elles sont séparées en deux groupes : les sopranes et les alti.

Les sopranes

Elles ne sont pas les plus nombreuses, mais les plus bruyantes et pas seulement pour chanter.
Elles montent dans les aigus, là-haut, tout là-haut, parfois en serrant les fesses.
On leur confie souvent la mélodie, car elles ont des difficultés naturelles à apprendre une voix plus complexe.
Mais sans elles, il faut l'avouer, le chant perd sa légèreté.


Puis, il y a les alti.

Elles sont en général, plus nombreuses.
Plus discrètes, on les entend très peu, surtout quand elles doivent chanter.
On croirait qu'elles n'osent pas !!! (Elles sont très timides).
Elles ont une voix plus grave et difficile à apprendre.
Parfois, pour leur faire plaisir, on leur donne un peu la mélodie.
Elles sont comme la cerise sur le gâteau...


Et puis, bien sûr, il y a les hommes...trop peu d'hommes...

On les sépare en deux groupes eux aussi : les ténors et les basses.

Parfois, dans certains chants ils se regroupent, dans ce cas on parlera de 3 voix mixtes.

Les basses, sont les voix les plus graves.
Bien que ce nom soit du genre féminin, les membres de ce pupitre sont bien des hommes... des vrais...
Ils ont cette faculté (oui oui ils ont des facultés !) de connaître les voix des autres pupitres et de les chanter parfois à la place de la leur, souvent plus ingrate et moins valorisante.
Pourtant ils apportent la rythmique d'une chanson et les graves nécessaires à l'équilibre d'une harmonie.

Et enfin, pour terminer, les ténors.

Persuadés d'avoir été recrutés parmi l'élite, ils ont une voix capable de monter dans les aigus.
Se décrivant comme des travailleurs acharnés (amateurs de tango corse...), ils apprenent souvent rapidement leur voix, mélodieuse et agréable à chanter.
Ils sont les meilleurs (enfin on les laisse le croire...).
Les autres pupitres, gentiment, les flattent, et ils aiment ça (... !).

Voilà, notre gâteau est terminé et la recette maison fonctionne depuis plus de trente ans.